Selfportrait | Polaroid | La Havana, Cuba - 2015

 
 

NUAMBÉ


Ce qui me meut

Je suis une nomade pluriculturelle et artiste multidisciplinaire qui plante des rêves et flambe des nuages. Passionnée par l’exploration des formes et des matières, j’utilise la sculpture, la photographie, le dessin et l’image en mouvement pour créer un langage poétique, joyeux et coloré avec un fort contenu spirituel à la croisée de différentes cultures.

 
 

Autoportrait réalisé pour le magazine Serafina, représentant mes racines et mon présent — Rio de Janeiro, BRÉSIL — 2013

 
 

 

Pitchoune au Guatemala | 1987? - Photo by Daddy

San Francisco, U.S.A. | 2017

 

Mon voyage

Apportée par la cigogne du désert aride de la Mauritanie à la douce Sète en France, j’ai grandi au Guatemala puis à San Francisco où j’alternais mes activités entre le théâtre, l’écriture, et la sueur des compétitions d’athlétisme.

Après des études de langues, j’ai assuré pendant 5 ans la coordination de projets d’innovation et d’un réseau commercial au sein de la maison CHANEL. Bien que je rêvais d’art depuis enfant, être immergée dans cette maison de luxe a éveillé ma passion pour les bijoux et mon admiration pour les métiers d’art.

Luttant pour répondre à l’appel de mon chemin, j’ai pu rendre mon rêve réalité grâce à un ange gardien qui m’a permis de reprendre des études à l’école ESAG–Penninghen où j’ai obtenu en 2010 un Master de Direction Artistique avec mention très bien.

La même année, je reprends mon envol à destination du Brésil en recherche de joie, de nature et de développement spirituel, recherche qui m’amène entre autres à réaliser que l’on fait partie d’un tout, à comprendre le pouvoir de l’intention et à étudier les propriétés énergétiques des pierres.

En 2011, je crée à Rio de Janeiro mon studio de création offrant mes services en tant que directrice créative et artistique ainsi que réalisatrice et artiste multi disciplinaire surtout pour les secteurs culturels, tels que le théâtre, le cinéma et la musique. J’ai réalisé des documentaires sensoriels, créé et dirigé des campagnes multi disciplinaires et ai développé des projets de scénographie avec des projections vidéo, mon dernier projet étant les JEUX OLYMPIQUES de 2016 à Rio de Janeiro, pour lesquels je fus la Directrice artistique et Créatrice visuelle de la scénographie en projection vidéo de la Cérémonie de Fermeture.


Extrait de la Cérémonie de Fermeture des Jeux Olympiques Rio 2016 — www.nuambe.com — image copyright Comité des Jeux Olympiques

Rio de Janeiro, BRÉSIL | 2015

Antigua, GUATEMALA | 2017

 

découvrez l'ensemble de mes projets sur www.nuambe.com

 

Extrait de la campagne GRAUHU pour FABULA — Rio de Janeiro, BRÉSIL — 2012 — www.nuambe.com

Clara — Rio de Janeiro, BRÉSIL —2015 — www.nuambe.com

Dessin pour le Musée du Demain — Rio de Janeiro, BRÉSIL — 2015 — www.nuambe.com

 
 

Escuela Internacional de Cine y Televisión. EICTV, San Antonio de los Baños, CUBA — 2015


Aller vers l'essentiel

Après ces années autour de l’image virtuelle mais ayant aussi dû faire face à la violence physique et la maladie, j’ai ressenti le besoin de me “reconnecter” à mon corps, à la matière, et de continuer mon chemin d’aller encore et toujours plus vers ce que je ressens comme étant l’essentiel, me défaisant petit à petit des couches d’“attentes” sociales dont on est revêtu dès notre naissance. Désintéressée par les titres et l’accumulation des possessions, j’ai une nécessité de liberté pour vivre et exprimer mes valeurs de simplicité, d’authenticité et de partage, intégrée dans la Nature, puisant ce qu’il y à l’intérieur de moi pour me découvrir réellement et cherchant l’expression de soi pour toucher l’autre. Travailler la matière, intérieure comme extérieure, la vivifier et l’embellir tel une alchimiste, permet de connecter notre corps et notre esprit et voir les effets de l’un sur l’autre. Ce que l’on modifie de l’intérieur modifie l’extérieur, et vice versa.

Ainsi je décidais désormais de me dédier exclusivement à l’art plastique. J’ai voulu explorer de nouvelles techniques sollicitant les sens du toucher et de l’espace, et me suis tournée vers la sculpture. Grâce à l’obtention d’une bourse à Los Angeles, j’ai pu étudier la sculpture de portrait et de modèle vivant pendant le premier trimestre de 2017. Puis, vivant au Costa Rica les 6 mois suivants, j’ai renoué avec ma fascination pour l’art magique de la parure en suivant un apprentissage intensif de la joaillerie auprès d’artisans locaux.


 
Vou mostrando como sou | E vou sendo como posso | Jogando meu corpo no mundo | Andando por todos os cantos | E pela lei natural dos encontros | Eu deixo e recebo um tanto
— Extrait de la chanson "MISTÉRIO DO PLANETA" de mon groupe fétiche NOVOS BAIANOS

New York City, U.S.A. — 2017

Los Angeles, U.S.A. —2017

Una playa que se me olvidó el nombre, COSTA RICA — 2017

Los Angeles, U.S.A. — 2017

 

Un désir nommé Mocóia

Le chaos étant nécessaire à l’équilibre cosmique et à sa continuité...De tout ce chaos explorateur est né le désir qui désormais équilibre mon multivers : celui de contribuer à l’épanouissement et expression personnels de l’autre en partageant des sculptures miniatures nomades qui créent une connection intime avec le porteur et l’aident à se reconnecter à lui-même et à la (sa) Nature. Car la Nature n'est pas une ressource mais la source même de la vie.

La beauté de l'Art est de toucher l'autre, voire même le transformer. On crée un lien avec notre semblable, une connection qui nous rappelle que tout est connecté et interdépendant, qui nous raccorde a une conscience globale. Avec les Jeux Olympiques j'ai eu l'énorme opportunité et chance de pouvoir toucher des millions de personnes à travers leur écran, désormais je souhaite littéralement "toucher" l'autre, via la matière et la sublimation de fruits de la nature. En reprenant conscience de notre essence et de notre intégration dans la Nature, on reprend également conscience de l'essentiel.

Depuis la naissance de ce désir, je partage ma vie entre Rio de Janeiro et Paris où j’ai créé MOCÓIA lancé en 2019.